Questions générales  

1. Où vont les bénéfices provenant des loteries?

Tous les bénéfices sont versés au Trésor de la province de l'Ontario. En vertu de la Loi de 1999 sur la Société des loteries et des jeux de l'Ontario, les bénéfices des loteries, des casinos OLG et salles de machines à sous OLG sont versés aux hôpitaux de la province, aux activités sportives, récréatives et culturelles, ainsi qu'aux organismes de bienfaisance et aux sociétés sans but lucratif par l'entremise de la Fondation Trillium de l'Ontario. Pour obtenir des précisions sur les retombées économiques des loteries et des autres activités de jeu d'OLG, veuillez consulter notre site Web à la section Avantages économiques.

 

2. De quel ministère la Société des loteries et des jeux de l'Ontario relève-t-elle?

OLG relève du ministère des Finances par l'intermédiaire de son conseil d'administration.

3. Comment mon organisme peut-il faire une demande de fonds provenant des loteries?

Le financement de la Fondation Trillium de l'Ontario provient entièrement des bénéfices d'OLG. Tout organisme désirant faire une demande de subvention doit communiquer avec la Fondation Trillium de l'Ontario au 1-800-263-2887 pour obtenir plus d'information.

4. Est-ce que je peux soumettre une plainte ou une suggestion à OLG?

Le Centre de soutien OLG est accessible 7 jours sur 7. Vous pouvez nous téléphoner au 1-800-387-0098 et suivre les messages parlés. Vous pouvez également nous envoyer un courriel à partir de notre site Web. Toutes les plaintes et les questions concernant une fraude ou un vol possible sont acheminées au service des Enquêtes, chargé de documenter et d'effectuer un examen complet.

 

Modernisation de la loterie et du jeu

1. Les casinos ne causent-ils pas une diminution de la valeur des propriétés situées dans leur voisinage?

Un rapport publié en 2011, qui étudiait les retombées sociales et économiques du jeu, a constaté ce qui suit.

Sept études ont établi que les nouveaux casinos n’ont aucune incidence sur la valeur des propriétés, alors que six autres études ont montré que le développement de nouveaux casinos était associé à l’augmentation de la valeur des propriétés

Un rapport antérieur publié en 2004 a constaté ce qui suit.

La présence de casinos engendre l’augmentation des prix pour l’immobilier et des tarifs locatifs pour l’hébergement personnel et commercial dans le voisinage des casinos.

OLG envisage des établissements de jeu conçus pour s’intégrer à une collectivité d’accueil en s’harmonisant à son environnement visuellement et commercialement.

2. Qu’est-ce que la modernisation du jeu?

La modernisation de la loterie et du jeu d’OLG vise l’amélioration de l’expérience des joueurs, la création d’emplois dans le secteur et la hausse des revenus pour son actionnaire, la Province d’Ontario.

Pour réaliser ce plan, OLG met l’accent sur trois objectifs clés.

  1. S’orienter davantage vers les clients. OLG doit être présente là où les clients veulent qu’elle soit et leur fournir les jeux auxquels ils veulent jouer.
  2. Sélectionner des fournisseurs de service qualifiés pour certaines activités de loterie et de jeu courantes. OLG se tournera vers le secteur privé pour qu’il l’aide à établir et faire progresser le secteur de la loterie et du jeu en Ontario.
  3. Renouveler le rôle d’OLG en matière de direction, de gestion et de surveillance de la loterie et du jeu. OLG deviendra une entreprise allégée, mieux ciblée, responsable de la gestion du marché, de la surveillance et de programmes prioritaires, comme le jeu responsable.

3. Pourquoi OLG doit-elle se moderniser?

OLG est la plus grande source de revenus non fiscaux de la province, soit quelque 2 milliards de dollars par année.

Toutefois, le modèle d’affaires actuel d’OLG n’est pas viable à long terme.

La combinaison des avancées technologiques, des changements des habitudes d’achat, des changements démographiques et de la baisse du nombre de visiteurs provenant des États-Unis menace le secteur et son apport à la Province.

Les temps ont changé et la modernisation vise le développement du jeu en Ontario.

Si OLG continue dans la même voie, il faudra au moins 1 milliard de dollars de l’argent des contribuables pour actualiser ses services actuels, et ce ne serait qu’un simple exercice de maintenance de base. Cela ne conduirait pas OLG là où elle doit être présente.

Pour en savoir plus sur les raisons pour lesquelles OLG doit se moderniser, voir l’article Pourquoi moderniser?

4. En quoi le rôle d’OLG sera-t-il différent une fois la modernisation mise en œuvre?

OLG conservera son rôle de direction et de gestion de la prestation de la loterie et du jeu en Ontario.

Le secteur privé gérera certaines des activités courantes de la loterie et des établissements de jeu et OLG se concentrera sur des éléments comme la gestion du marché et le Jeu responsable. OLG continuera aussi à aider les Ontariens à comprendre comment les revenus que génère le jeu en Ontario leur sont profitables.

5. Comment la modernisation changera-t-elle la loterie?

Huit millions d’Ontariens jouent aux loteries d’OLG chaque année. C’est donc une forme de divertissement très populaire. Le plan d’OLG contribuera à ce que ce soit plus facile et plus commode pour les gens d’acheter des billets de loterie en Ontario.

Pour en savoir plus sur la modernisation de la loterie en Ontario, voir l’article Pour une loterie plus efficiente et plus accessible.

6. Quelles sont les possibilités que la modernisation procure aux collectivités qui accueillent un établissement de jeu?

En 2013-2014, OLG a donné en retour plus 132,5 millions de dollars aux municipalités qui accueillent les établissements de jeu d’OLG, y compris les casinos dans les complexes de villégiatures et les centres de jeu de bienfaisance.

Au cours des années, les municipalités d’accueil ont investi les revenus provenant des établissements d’OLG dans la construction d’infrastructures, dans la culture et dans la création d’emplois locaux. En voici des exemples.

  • À Ajax, la Ville a utilisé environ 7,4 millions de dollars de l’argent provenant de la salle de machines à sous OLG à Ajax Downs dans la construction d’un nouveau Centre des opérations ultra moderne certifié LEED (Leadership in Energy and Environmental Design).

  • À Innisfil, la Ville a utilisé les fonds provenant de la salle de machines à sous OLG à Georgian Downs dans la construction d’un complexe récréatif de 40 millions de dollars ainsi que dans d’autres projets d’immobilisations.

  • La Ville de Hanover a investi les sommes reçues dans la culture locale : rénovation de son théâtre centenaire par l’ajout de nouveaux rideaux, de fauteuils, d’un système d’air climatisé et plus encore.

Pour en savoir plus sur la façon dont cet argent a touché la vie des gens en l’Ontario, voir la rubrique Histoires de collectivités.

Rôle des municipalités

1. OLG a-t-elle des exigences pour le processus de consultation publique qu’entreprend une municipalité d’accueil potentielle?

Un conseil municipal est tenu de solliciter l’opinion du public concernant la construction d’un établissement de jeu envisagé.

Le conseil municipal doit remettre à OLG, par écrit, la description des mesures qu’il a prises pour les recueillir et un résumé des observations du public qu’il a reçues. De plus, le conseil municipal doit adopter une résolution appuyant la construction de l’établissement de jeu dans la municipalité et en remettre une copie à OLG. Le but de ce processus est de s’assurer que chaque municipalité est consentante à accueillir un établissement de jeu.

Il s’agit d’une exigence prévue au règlement 81/12 de la Loi de 1999 sur la Société des loteries et des jeux de l’Ontario.

2. Est-ce que les municipalités exerceront une influence sur le choix de l’endroit où sera construit un nouveau casino sur leur territoire?

OLG a adopté une démarche harmonisée pour les municipalités d’accueil éventuelles ou existantes. Cette démarche comprend trois étapes.

  • S’assurer de l’intérêt de la municipalité dans chaque zone de jeu.

  • Choisir l’exploitant du secteur privé.

  • Travailler avec la municipalité et l’exploitant du secteur privé au choix de l’emplacement.

Comme elle l’a indiqué aux municipalités de l’Ontario, OLG s’installera uniquement dans des collectivités qui veulent l’accueillir.

Ainsi, la première étape consiste pour une municipalité à adopter une résolution exprimant officiellement son intérêt à permettre que toute la section d’une zone de jeu située à l’intérieur de ses limites soit envisagée pour accueillir un établissement de jeu éventuel.

Dans cette résolution, la municipalité peut énoncer les conditions de son approbation, comme l’emplacement où l’établissement de jeu pourra ou ne pourra pas être situé. Les conditions doivent être raisonnables et commercialement viables, compatibles avec les responsabilités légales d’OLG en vertu du Code criminel du Canada et conformes à l’orientation de la politique du gouvernement.

La deuxième étape porte sur le choix par OLG de l’exploitant du secteur privé au moyen d’un processus d’approvisionnement équitable et concurrentiel qui comprend un appel de présélection et une demande de propositions.

Le soumissionnaire sélectionné devra travailler avec la municipalité sur des aspects particuliers d’un établissement de jeu, comme le choix de l’emplacement privilégié, comme ce serait le cas pour n’importe quel développement important.

Les municipalités ont leur mot à dire pour de nombreux aspects de tout développement important, notamment l’emplacement, la conception, la hauteur de l’édifice, la densité, etc.

Avant qu’un établissement soit construit, il doit y avoir consensus entre trois parties : la municipalité, l’exploitant du secteur privé et OLG.

Une fois établis les plans satisfaisant aux exigences de toutes les parties concernées, le ministre des Finances doit donner son approbation finale.

3. Le processus de consultation d’une municipalité peut-il inclure un référendum?

Une municipalité peut solliciter l’opinion du public de la manière qui lui convient, ce qui inclut un référendum ou toute autre forme de consultation publique. La tenue d’un référendum n’est toutefois pas obligatoire.

4. Quelles approbations municipales et (ou) provinciales doivent être obtenues avant qu’un nouvel établissement de jeu puisse être construit?

OLG n’imposera pas un établissement de jeu à une municipalité qui ne donne pas son appui.

La Loi de 1999 sur la Société des loteries et des jeux de l’Ontario exige qu’un conseil municipal sollicite les observations du public à l’égard de la construction d’un établissement de jeu envisagé.

Le conseil municipal doit remettre à OLG, par écrit, la description des mesures qu’il a prises pour les recueillir et un résumé des observations du public qu’il a reçues. De plus, le conseil municipal doit adopter une résolution appuyant la construction de l’établissement de jeu dans la municipalité et en remettre une copie à OLG. Le but de ce processus est de s’assurer que chaque municipalité est consentante à accueillir un établissement de jeu.

Dans cette résolution, la municipalité peut énoncer les conditions de son approbation, comme l’emplacement où l’établissement de jeu pourra ou ne pourra pas être situé. Les conditions doivent être raisonnables et commercialement viables, compatibles avec les responsabilités légales d’OLG en vertu du Code criminel du Canada et conformes à l’orientation de la politique du gouvernement.

L’étape suivante porte sur le choix par OLG de l’exploitant du secteur privé au moyen d’un processus d’approvisionnement équitable et concurrentiel qui comprend un appel de présélection et une demande de propositions.

Le soumissionnaire sélectionné devra travailler avec la municipalité sur des aspects particuliers d’un établissement de jeu, comme le choix de l’emplacement privilégié, comme ce serait le cas pour n’importe quel développement important.

Les municipalités ont leur mot à dire pour de nombreux aspects de tout développement important, notamment l’emplacement, la conception, la hauteur de l’édifice, la densité, etc.

Avant qu’un établissement soit construit, il doit y avoir consensus entre trois parties : la municipalité, l’exploitant du secteur privé, et OLG.

Une fois établis les plans satisfaisant aux exigences de toutes les parties concernées, le ministre des Finances doit donner son approbation finale.

Infrastructure et conception

1. Il y a eu une importante couverture médiatique selon laquelle d’importants exploitants de casino de Las Vegas seraient intéressés à construire et à exploiter des casinos de type villégiature en Ontario. Est-ce que les promoteurs locaux auront l’occasion de participer?

OLG est actuellement engagée dans un processus d’approvisionnement en plusieurs étapes, concurrentiel et transparent pour toutes ses zones de jeu.

Ce processus d’approvisionnement permet à OLG de présélectionner des fournisseurs de service intéressés en fonction de critères précis tout en assurant un processus équitable pour toutes les parties intéressées.

2. Quelle assurance y aura-t-il que les nouveaux établissements de jeu seront conçus en gardant à l’esprit le meilleur intérêt des collectivités d’accueil?

OLG envisage de nouveaux établissements de jeu conçus pour s’intégrer à leur environnement visuellement et commercialement.

Le soumissionnaire sélectionné devra travailler avec la municipalité sur des aspects particuliers d’un établissement de jeu, comme le choix de l’emplacement privilégié, comme ce serait le cas pour n’importe quel développement important.

Les municipalités ont leur mot à dire pour de nombreux aspects de tout développement important, notamment l’emplacement, la conception, la hauteur de l’édifice, la densité, etc.

Avant qu’un établissement soit construit, il doit y avoir consensus entre trois parties : la municipalité, l’exploitant du secteur privé, et OLG.

Une fois établis les plans satisfaisant aux exigences de toutes les parties concernées, le ministre des Finances doit donner son approbation finale.

Secteur privé – Exploitation et approvisionnement

1. Comment OLG sélectionnera-t-elle un fournisseur de service pour ses établissements de jeu actuels et (ou) éventuels? Envisagera-t-elle l’exploitation d’une franchise pour l’exploitant potentiel d’un établissement de jeu?

OLG est actuellement engagée dans un processus d’approvisionnement en plusieurs étapes, équitable et concurrentiel visant à sélectionner des fournisseurs de service du secteur privé réglementé pour ses établissements de jeu.

OLG a émis une demande d’information concernant le jeu en établissement qui a été en vigueur du 17 mai au 4 juillet 2012. La demande d’information sollicitait l’opinion de spécialistes du secteur sur un certain nombre de sujets, notamment la viabilité de différents lieux d’installation pour des établissements de jeu éventuels.

Le processus de demande d’information a été suivi du lancement d’un processus d’appel de présélection.

Ce processus permet de présélectionner des fournisseurs de service éventuels en fonction de leur capacité à exploiter un établissement de jeu selon les normes d’OLG. OLG émettra ensuite une demande de propositions à l’intention des fournisseurs présélectionnées afin qu’ils présentent des soumissions en bonne et due forme. OLG a émis des demandes de propositions pour la loterie et le regroupement de zones de jeu de l’Est.

À la fin du processus de demande de propositions, OLG sélectionnera les fournisseurs qui deviendront des fournisseurs de service réglementés des établissements de jeu.

OLG applique les directives en matière d’approvisionnement du gouvernement de l’Ontario pour s’assurer que le processus est équitable et concurrentiel. À cette fin, elle a confié à un surveillant de l’équité le mandat de superviser et de fournir des conseils afin de soutenir l’intégrité et l’équité.

2. OLG jouera-t-elle un rôle dans l’exploitation d’un nouveau casino ou le secteur privé en sera-t-il l’unique responsable?

OLG conservera son rôle de direction et de gestion de la loterie et du jeu en Ontario. OLG continuera d’assumer la responsabilité des décisions déterminantes liées à l’exploitation du jeu, notamment celles qui suivent.

  • Planification stratégique

  • Gestion financière

  • Gestion des clients

  • Gestion des fournisseurs de service

  • Offre de service / de produit lié au jeu

  • Technologie de l’information

  • Gestion des risques

  • Gestion du marché

OLG continuera aussi de prévenir et d’atténuer les effets du jeu problématique à l’aide de son programme Jeu responsable.

3. Comment un fournisseur de service du secteur privé sera-t-il rétribué en échange de l’exploitation d’un établissement de jeu?

OLG prévoit payer les fournisseurs de service du secteur privé selon une formule combinant un tarif de base et un pourcentage des produits financiers tirés du jeu à un établissement.

Le pourcentage des produits financiers versés au fournisseur de service variera en fonction du potentiel de création de produits financiers et de la structure des coûts de l’établissement, ainsi que de la propriété de l’actif.

4. Comment OLG s’assurera-t-elle qu’un fournisseur de service du secteur privé respecte les normes de jeu responsable?

OLG exigera que les fournisseurs de service respectent ses normes de jeu responsable.

En plus de l’obligation de se conformer aux règles de la CAJO, les conventions d’exploitation incluront des conditions détaillées relatives au jeu responsable.

5. Comment OLG s’assurera-t-elle qu’un fournisseur de service assume le même niveau de responsabilité que celui qui existe actuellement aux établissements d’OLG?

OLG conservera son rôle de direction et de gestion de la loterie et du jeu. OLG continuera d’assumer la responsabilité des décisions déterminantes liées à l’exploitation du jeu, notamment celles qui suivent.

  • Planification stratégique

  • Gestion financière

  • Gestion des clients

  • Gestion des fournisseurs de service

  • Offre de service / de produit lié au jeu

  • Technologie de l’information

  • Gestion des risques

  • Gestion du marché

OLG continuera aussi de prévenir et d’atténuer les effets du jeu problématique à l’aide de son programme Jeu responsable, reconnu mondialement.

6. Comment OLG s’y prendra-t-elle pour que le fournisseur de service du secteur privé rende des comptes sur les produits financiers du casino pour s’assurer qu’il ne cache pas des revenus au gouvernement?

OLG conservera son rôle de direction et de gestion de la loterie et du jeu en Ontario et continuera d’assumer la responsabilité des décisions déterminantes liées à l’exploitation du jeu.

OLG prévoit payer les fournisseurs de service du secteur privé selon une formule combinant un tarif de base et un pourcentage des produits financiers tirés du jeu à un établissement. Le pourcentage des produits financiers variera en fonction du potentiel de création de produits financiers et de la structure des coûts de l’établissement, ainsi que de la propriété de l’actif.

Les conventions d’exploitation énonceront de manière explicite les rôles et responsabilités des fournisseurs de service et d’OLG.

7. Comment OLG a-t-elle déterminé l’emplacement des zones de jeu?

Pour déterminer les zones de jeu de la province, OLG a utilisé un modèle gravitaire, outil commercial utilisé couramment pour modéliser l’offre et la demande dans un secteur géographique donné. Le modèle gravitaire a examiné des facteurs en vue de déterminer les secteurs où la demande des clients pour un établissement de jeu était maximale. Voici ces facteurs.

  • Proximité d’un établissement de jeu par rapport à d’autres établissements de jeu.

  • Proximité d’un établissement de jeu par rapport aux clients existants et aux clients potentiels.

  • Distance qu’un client est prêt à parcourir pour se rendre à un établissement de jeu.

À l’aide de ces facteurs, le modèle gravitaire a ciblé des secteurs géographiques précis où des établissements de jeu pourraient être établis avec succès, sans se faire concurrence pour attirer des clients. OLG a ensuite tracé les limites de ces secteurs pour former les zones de jeu.

Répercussions sur la criminalité / sociales

1. Un casino n’entraînerait-il pas une augmentation des activités criminelles dans la municipalité d’accueil?

Il n’existe pas de preuve manifeste que l’expansion du jeu augmente le taux de criminalité.

Les maires des 23 municipalités d’accueil ont indiqué à OLG qu’il n’y avait aucune corrélation entre le jeu dans leurs collectivités et le taux de criminalité.

De fait, certains de ces maires ont précisé que la sécurité accrue provenant des casinos a contribué à la réduction du nombre d’activités criminelles.

À Windsor, les données provenant du Centre canadien de la statistique juridique, Statistique Canada, montrent que les incidents criminels ont diminué d’environ 30 pour cent entre 1998 et 2010. Casino Windsor (maintenant Caesars Windsor) a ouvert en 1994.

Deux études récentes effectuées en Alberta n’ont constaté aucune relation statistique importante entre le jeu et le crime.1,2

En 2012, un reportage qui tentait d’établir un lien entre le crime et la salle de machines à sous OLG à Woodbine Racetrack a montré que les craintes relatives au prêt usuraire, à la prostitution, à la circulation et au stationnement ne se sont jamais matérialisées.

Sources:

1The Social and Economic Impacts of Gambling. Williams, Rhym et Stevens (2011). Rapport final préparé pour le Consortium canadien pour la recherche sur le jeu. www.gamblingresearch.org/download.php?docid=11322

2Socio-Economic Impacts Associated With the Introduction of Casino Gambling: A Literature Review and Synthesis. Rhys et Williams (2004). Alberta Gaming Research Institute. www.uleth.ca/dspace/handle/10133/407

2. N’y a-t-il pas un coût social de 6 $ pour chaque 1 $ que génère un casino?

Les études indépendantes ne soutiennent pas cette affirmation. Un rapport de 2011, The Social and Economic Impacts of Gambling, soumis au Consortium canadien pour la recherche sur le jeu, a établi qu’il n’existe pas de moyen fiable d’attribuer une valeur monétaire aux coûts sociaux du jeu.3 En outre, l’étude de 2003 de Earl Grinols, qui prétendait que des coûts sociaux de 6 $ sont créés pour chaque 1 $ que génère un casino, n’est pas parvenue à :

  • tenir compte des limites des conclusions fondées sur les dépenses déclarées par les joueurs problématiques; et à

  • prendre en considération les retombées des casinos sur l’économie locale.

L’étude a aussi dessiné un portrait inexact des statistiques sur la criminalité et n’a pas tenu compte des autres questions liées à la santé mentale et aux dépendances qui peuvent contribuer aux conséquences négatives que subissent les joueurs problématiques.

Source:

3The Social and Economic Impacts of Gambling. Williams, Rhym et Stevens (2011). Rapport final préparé pour le Consortium canadien pour la recherche sur le jeu www.gamblingresearch.org/download.php?docid=11322*

*Certains sites Web auxquels vous pouvez accéder à partir du présent site ou menant au présent site ont été mis sur pied ou sont exploités par des organismes ne faisant pas partie du gouvernement de l’Ontario ou pour le compte de tels organismes. Il se peut que ces sites externes n’existent pas en français.

3. Les casinos n’attirent-ils pas des clients peu instruits aux revenus modestes? Ne sont-ils pas une taxe sur les pauvres?

Les casinos d’OLG attirent une large clientèle et OLG ne cible pas les groupes à faible revenu.

En fait, selon un sondage Harris Decima, le revenu du ménage de près de 50 pour cent des joueurs des salles de machines à sous OLG et des casinos OLG était supérieur à 75 000 $ en 2011.

En comparaison, dans l’ensemble de la population en Ontario, 39 pour cent des gens ont un revenu supérieur à 75 000 $ par année.

Jeu responsable

1. L’expansion des activités de casino d’OLG n’étendra-t-elle pas aussi le problème du jeu en Ontario?

L’Ontario consacre plus de fonds au jeu responsable que toute autre société de loterie en Amérique du Nord, soit plus de 50 millions de dollars en 2012-2013. Ce montant devrait augmenter une fois la modernisation mise en œuvre intégralement.

Le jeu responsable est, et continuera d’être, une priorité dans les activités d’OLG. En fait, à mesure que la loterie et le jeu ont évolué, il est devenu un pilier central.

Le jeu responsable est enraciné dans la culture d’entreprise d’OLG, chez tous les employés. OLG collabore avec le Centre de toxicomanie et de santé mentale pour dispenser aux employés de la formation qui leur apprend à reconnaître les comportements susceptibles d’indiquer un problème de jeu et la façon d’y réagir.

L’an dernier, 8 millions d’Ontariens ont joué au moins une fois à la loterie et 2,7 millions se sont rendus à un établissement de jeu d’OLG.

OLG procure une forme de divertissement et veut que les clients ne dépensent que la partie de leur revenu disponible qu’ils peuvent se permettre d’utiliser pour jouer à ses jeux.

Le jeu est une activité qui risque toujours de susciter un problème de comportement chez une petite partie de la population. Environ 3,4 pour cent des adultes ontariens ont un problème de jeu grave ou modéré.

OLG ne veut pas et n’a pas besoin que les joueurs ayant un problème de jeu fréquentent ses établissements.

C’est la raison pour laquelle OLG cherche en premier lieu à prévenir l’apparition des problèmes de jeu, puis à fournir de l’assistance aux personnes qui en ont besoin.

2. Que fait OLG pour empêcher les personnes qui ont une dépendance au jeu de jouer à ses établissements?

Tous les établissements de jeu d’OLG appliquent des éléments liés au jeu responsable :

  • Centres de ressources sur le jeu responsable présents à tous les établissements et personnel du Conseil du jeu responsable à huit établissements.

  • Formation obligatoire de tout le personnel de première ligne et de gestion.

  • Système de reconnaissance faciale qui soutient l’autoexclusion à tous les établissements de jeu.

OLG explore aussi de nouveaux éléments visant à soutenir ses objectifs prioritaires liés au jeu responsable. En voici des exemples.

  • Encourager tous les joueurs à fixer des limites de temps et d’argent aux machines à sous.

  • Utiliser l’éclairage naturel.Using natural lighting

  • Installer les guichets automatiques en tenant compte des préoccupations en matière de jeu responsable.

  • Ajouter des horloges à tous ses établissements.

OLG propose également une gamme d’outils d’information et d’éducation qui font la promotion du jeu responsable et aident les joueurs à comprendre le fonctionnement des jeux.

3. Le fait d’être ouvert 24 heures sur 24 n’augmente-t-il pas le nombre de joueurs problématiques?

Les casinos d’OLG et les salles de machines à sous d’OLG font partie du secteur touristique d’une collectivité et procurent du divertissement aux résidents et aux visiteurs. Ces heures d’ouverture sont la norme dans le secteur du jeu et reposent sur la demande des clients pour cette forme de divertissement.

Entre autres initiatives d’OLG liées au jeu responsable, il y a la présence d’horloges dans la salle de jeu de tous les établissements. OLG encourage tous les joueurs à fixer des limites de temps et d’argent à leur jeu pour s’assurer qu’ils jouent pour se divertir.

4. N’est-ce pas le mandat d’OLG de fournir le maximum d’argent à la province? Essayez-vous vraiment de refuser l’accès à des clients?

OLG a besoin d’une clientèle de joueurs fidèles, ce qui signifie qu’elle doit s’efforcer d’attirer un plus grand nombre de gens, et non un petit nombre de joueurs qui ont un problème.

OLG procure une forme de divertissement et veut que les clients n’utilisent qu’une partie de leur revenu disponible qu’ils peuvent se permettre de dépenser pour jouer à ses jeux.

C’est la raison pour laquelle OLG cherche en premier lieu à prévenir l’apparition des problèmes de jeu, puis à fournir de l’assistance aux personnes qui en ont besoin. Par des initiatives comme JouezSense.ca/, OLG informe les joueurs sur les mythes et les faits entourant les jeux auxquels ils jouent et la façon de gérer leurs habitudes de jeu.

5. Est-ce que ce ne sont pas 5 pour cent des joueurs qui génèrent 35 pour cent des revenus des casinos OLG et des salles de machines à sous OLG?

Les données pour ces types d’études sont très limitées.

OLG cherche à établir une clientèle de joueurs fidèles qui n’utilisent qu’une partie de leur revenu disponible pour se divertir en jouant à ses jeux.

OLG élabore actuellement un programme d’analyses de données. Même si ce programme ne diagnostiquera pas les problèmes de jeu, il aidera les joueurs en les informant que leurs habitudes de jeu ont changé et en leur donnant de l’information et des options à prendre en considération.